Les volontaires


Samuel Rousseau et Thomas Baré

Samuel Rousseau :

 

Je suis Samuel Rousseau, mais mes amis me nomme Samuël. Mes géniteurs globe-trotteurs m'ont légué tant une curiosité chronique qu'une bougeotte frénétique, je les en remercie. Cette envie de découverte, ce désir de voyage n'est cependant qu'un élément motivant mon investissement: mon futur projet professionnel, travailler pour une structure de solidarité internationale, s'inscrit dans la continuité de mon bénévolat pour Apapaya. De même, j'appartiens à Amnesty International et AVSF.

Un autre médium de voyage m'évade également: la musique, qui accompagne les jours laborieux et mes nuits toulousaines. Je pratique, seul ou à plein, la guitare ou la batterie. Enfin, ma passion incontrôlée pour le cinéma vole nombre d'heures de travail à l'EI Purpan, l'école d'ingénieur qui représente mon activité principale. La diversité des enseignements et des expériences qu'elle propose assouvie assez bien cette qui curiosité qui me démange le corps.

 

 

Thomas Baré :

 

Grand amateur des cimes pyrénéennes, il m’est venu l’envie de partir parcourir les sommets andins. Pour ma part, ce périple à l’autre bout du monde est une première. Je considère le fait de pouvoir le passer en compagnie des habitants d’El Terrado comme une réelle chance, occasion rare de découvrir une culture et de s’en inspirer. Avec une telle expérience, j’ai fait le choix de délaisser pour un temps mon petit confort. Mais, un peu à l’image d’un voyage initiatique, ce n’est que pour satisfaire ma grande curiosité et apprécier les richesses de personnes qui me sont inconnues. Une façon, en quelque sorte, de regarder le monde en face, sans filtre.

 

 

À titre personnel, les univers équestres et de la danse constituent deux de mes passions, complémentaires à celle que j’éprouve pour la montagne.

Anthony Vassal et Adrien Dubois

Volontaires de la Guilde parti en Bolivie le 20 janvier 2017

Elodie Pimouguet, Barthelemy Castelbajeac et Laurent Bonnafis

Pour l'automne et la fin de l'année 2016.

Etudiants en 4ème année à l'Ecole d'Ingénieurs de Purpan, nous avons fait le choix de l'humanitaire pour le 1er semestre de 4ème année. Ce volontariat nous est apparu comme la meilleure alternative pour apprendre et mettre à profit nos petites connaissances. Ce fut une expérience unique pour partager avec la population andine et s'imprégner de la culture locale.

 

Nous avons fait de très belles rencontres. Quel plaisir de travailler et construire un projet pour et avec les terradenos. Leur joie de voir l'accomplissement de ce travail fut notre plus belle récompense.

 

 

Les enfants, avec lesquels nous jouions, sont géniaux. Ils nous manquent beaucoup. Nous pensons que ces expériences sont très enrichissantes. L'association Apapaya fait un travail remarquable, nous la remercions pour son soutien.

Cécile Jacques

Début de mission mars 2016

Gaëlle Fabre

Début de mission mars 2016

Florian Euzen

Début de mission mars 2016

Chloé Mestdagh

Etudiante depuis 5 ans en Agronomie, je me suis découvert une volonté de partager et d’apprendre différentes méthodes agricoles provenant de différentes cultures.

Grâce à ma formation j’ai pu constater que l’agriculture française avait choisi une direction bien éloignée de celle de l’agro écologie, de la permaculture, du respect du sol et de la biodiversité. Partant de ce constat, j’ai supposé que la découverte et la rencontre avec les paysans du monde pourrait être l’une des solutions aux enjeux climatiques et nutritionnels de demain.

L’Amérique du Sud et en particulier la Bolivie possède, pour moi, une richesse agricole gigantesque : un savoir faire transmis depuis des générations ainsi qu’une terre équilibrée et apte à produire. Après quelques mois de réflexion, j’ai pris conscience que partir dans le cadre d’une mission humanitaire me permettrai de faire avancer mes volontés professionnelles.

J’ai décidé de contacter l’association d’Apapaya afin de travailler pendant 3 mois avec la communauté d’El Terrado. Grâce à l’aide de Laetitia et de l’association, j’espère que la communauté conservera ses méthodes de travail ancestrales qui sont une véritable richesse pour la population d’El Terrado.

 

Sa mission était de septembre à décembre 2015.

 

Chloé et Raphael avec des arbres dans l'Atelier des enfants
Chloé et Raphael avec des arbres dans l'Atelier des enfants

Raphael de Villoutreys

Actuellement étudiant en Agronomie à Toulouse, j’ai toujours été particulièrement attiré par les voyages. Je pratique la musique depuis de nombreuses années (piano, trompette, et percussions), et j’aime aussi beaucoup le sport.

Après mon Bac, j’ai choisi d’intégrer l’université des langues et cultures de Pékin (Chine) pendant un an, avant d’intégrer mon école d’ingénieurs. C’est alors que j’ai renforcé ma volonté de découvrir le monde.

Après 3 mois de stage dans une ferme ovine lorraine en 2013, je décide d’effectuer un stage en Nouvelle-Zélande durant l’été 2014. Je découvre alors la pratique du maraîchage en agriculture biologique et de la Permaculture. Pendant plus de trois mois, j’expérimente la vie en quasi-autarcie. Je renforce alors mon attrait pour la protection de la nature et de la biodiversité.

Dans le prolongement de mes études, j’ai rencontré l’opportunité de réaliser une expérience dans un pays en développement, j’ai donc décidé de m’engager dans un projet à El Terrado en Bolivie au sein de l’association Apapaya.

Sa mission était de septembre à décembre 2015.

 

Tom Guerin

Tom Guerin est parti au nom de notre association en décembre 2014 pour six mois. Il était chargé du projet de reforestation et de réaliser un reportage sur la communauté.

Après un Bac Economique et social, j’intègre en 2010 les AIS (Ateliers de l’Image et du Son) à Marseille, établissement privé au sein duquel je prends part et valide une formation de "technicien du son" en 9 mois.

Au terme de cette formation et après mure réflexion, je me rend compte que la pratique de la musique me tient plus à cœur que le traitement du son. J’intègre donc en 2011 l’IMFP (Institut Musical de Formation Professionnelle) à Salon de Provence. Je passe deux ans dans cette école à perfectionner ma technique instrumentale (Guitare).

Ne prenant conscience que tardivement des difficultés du milieu musical et de plus en plus attiré par le social, je décide de réaliser un service civique pendant 1an avec l’association Unis Cité, à Marseille.

Prenant part à une thématique qui me permet de réaliser mon propre projet de solidarité, je mets en place un groupe de musique avec des personnes âgées en situation d’isolement. L’année se solde par plusieurs concerts et l’enregistrement d’un CD en studio. Après cette belle année, je prends conscience ce que le monde du social me plaît énormément et me correspond.
Cependant, étant irrésistiblement attiré par "l’au delà des frontières", je décide de prendre part à un projet de type humanitaire en tant que volontaire, pour me confronter aux réalités du milieu et faire évoluer mes réflexions concernant mon avenir professionnel. J’ai donc décidé de partir travailler en tant que bénévole pendant 7 mois à El Terrado en Bolivie, encadré par l’association Apapaya."

Sa mission était de octobre 2014 à mai 2015.

 

Inès de Belenet

Grâce à l’appui de La Guilde, s’est occupée tout particulièrement de l’Atelier des Enfants. Sa mission était de janvier à février 2015.

Danyal Lefevre

Avec le concours de l'ILERI, présence sur El Terrado  du 7 juillet au 11 septembre 2012.